Rentrée des classes ! Les cartables sont-ils prêts ?

September 17, 2020 at 12:14 pm

Chaque enfant à droit à une éducation digne, pour les enfants du Congo aussi. C’est l’opinion de Sylvie et tous les autres sympathisants du projet ‘un cartable pour le Congo’.

Comme premier projet, elle voudrait aider les enfants du 3e année du Collège Exaucé. L’année prochaine, elle espère recueillir suffisamment de fonds pour soutenir les élèves dans au moins cinq autres écoles.

Le Collège Exaucé de la commune de N’sele compte environ 250 élèves. Vous nous aidez à offrir aux 70 élèves du 3e année un cartable repli de tout le matériel pédagogique nécessaire pour une année scolaire?!

Plus d’info sur ‘Cartables pour le Congo – 2020/76

en ProMagazine 9.35-3 (p. 1&2).

Gracias, padre Michel

September 17, 2020 at 11:47 am

Ce printemps, le mandat du P. Michel Coppin sds a pris fin.

La Sr. Roberta Tremarelli, Secrétaire Général de l’Oeuvre Pontifical de la Sainte Enfance, le remercie pour la disponibilité et louange ses interventions en faveur de nombreux enfants et jeunes qui ont bénéficié de son activité de promotion de l’insruction de de l’éducation.

Prière de prendre connaissance de sa lettre à la page 3 du ProMagazine 9.35-1. Clicquez sur le banner ‘ProMagazine’ et découvrez toutes les versions digitales de cette publication trimestrielle.

Merci de contribuer aux projets d’éducation de l’Oeuvre ‘Sainte Enfance’.

Actua Beyrouth : nouvelles du camp Dbayeh

September 17, 2020 at 11:22 am

Le camp de réfugiés de Dbayeh où travaillent les petites soeurs de Nazaret, n’est situé qu’à 7km de Beyrouth. Bien sûr, l’explosions du 4 août 2020 n’y sont pas resté inaperçu, la seconde était 100x plus puissante que la bombe conventionnelle la plus lourde.

Heureusement, uniquement des domages mineurs au maison des soeurs dans le camp et tous les collaborateurs du projet indemnes. Le 6 août, un message de Sr. Jo : “La souffrance que ce peuple doit maintenant endurer est sans précédent. Les gens ont faim, sont privés de soins médicaux, sont épuisés. … de plus en plus, ils perdent l’espérance. … Pour le moment, nous ne savons pas non plus comment procéder.”

le 9 août, un message de Sr. Magda du Liban : “C’est vraiment apocalyptique ! … Malgré les morts, les destructions et les souffrances, nous continuons de croire qu’une nouvelle vie est possible pour ce peuple et ce pays. Nous voyons déjà de petites lumières de résurrection dans la grande solidarité et la résilience des Libanais. Merci pour votre contribution qui rend possible un nouvel avenir pour nos enfants.”

Dans les mois à venir, les religieuses devront compter surtous sur la solidarité internationale. Tout d’abord pour répondre aux besoins actuels. En plus, aidez nous à rassembler, d’ici Noël, les fonds nécessaires pour que les religieuses puissent annoncer la bonne nouvelle que les perspectives pour 2021 sont bonnes, qu’on réussira à continuer à investir dans l’éducation des enfants, dans leur futur.

Plus d’info sur ‘Dbayeh – 2011/03‘ en ProMagazine 9.35-4.

Jeunes filles de l’Inde, levez-vous et souriez !

September 17, 2020 at 10:53 am

La plupart des filles n’ont pas la vie facile en Inde. Depuis plusieurs années, de plus en plus de jeunes filles sont la proie de traficants. Certaines finissent même au Moyen-Orient et y sont exploitées. Aidez-les à retrouver leur dignité et leur sourire. Talitha cumi, smile !

Un phénomène nouveau: les esclaves climatiques. L’Inde souffre des perturbations climatiques. Après une longue période de sécheresse extrême, certains endroits ont été frappés par de pluies abondantes. Cette sécheresse comme les inondations sont désastreuse pour l’agriculture. Or, la majorité de la population vit de l’agriculture. Les parents cherchent des solutions, involontairement mettant en péril l’avenir des jeunes filles.

Le projet ‘Talitha cumi – SMILE’ vise à les sensibiliser à leur dignité. L’éducation intellectuelle, la formation professionnelle et l’éducation intégrale rendent les filles plus indépendant, compétentes et mieux armées contre d’éventuels recrutement comme esclaves domestiques, en Inde ou même à l’étranger.

Plus d’info sur ‘Talitha cumi-Smiles – 2020-74‘ en ProMagazine 9.35-2 (p. 1 & 4).