Mummy Home brise le cercle vicieux – nouveau projet en Inde du Sud

September 21, 2018 at 1:44 pm

La malnutrition et l’absence d’eau potable menacent la santé des enfants dans la région de Telengana, au Sud de l’Inde. La chaleur et la sécheresse n’ont guère amélioré les conditions de vie de la population, surtout des Dalits et les tribaux. Ce projet aide leurs enfants à survivre et même à espérer une vie meilleure.

Le P. Anil se met au service des plus pauvres et lutte pour améliorer les conditions de vie des femmes et des enfants. À la crèche Mummy Home, il accueille les enfants dès l’âge de 2 ans, permettant aux mères d’aller travailler. L’admission à Mummy Home garantit aux enfants une alimentation saine et une eau filtrée. En plus, Mummy Home offre un enseignements préscolaire.

Grâce à l’éducation, les filles pourront échaper au cercle vicieux des mariages d’enfants et du travail des enfants. Cependant, sans enseignement préscolaire ni maîtrisse des bases de lecture et de calcul, elles ne seront pas admises dans une école primaire. D’où l’intention du P. Anil de construire des locaux supplémentaires pour l’école maternelle. D’où l’appel que nous vous adressons : donnez aux filles de Mummy Home l’opportunité de s’épanouir et de devenir des gracieuses princesses.

projet : Mummy Home (2018/56)

Plus d’info, voir ProMagazine n° 7.27-1, pag. 1+2

Print Friendly

Solange-Kigali, une approche innovante au Rwanda – nouveau projet

September 21, 2018 at 12:43 pm

Avant de s’engager au Rwanda, Koen D.P. a travaillé 20 ans en Belgique comme conseiller d’éducation, pour l’orientation des personnes en situation de stress et comme travailleur social au sein d’un service socio-éducatif de famille. Lors de sa première visite à la capitale de Rwanda, il a rencontré ‘Solange’, un enfant blessé au visage, membre d’une famille monoparentale. Situation classique: pas d’argent pour se soigner, ni payer les frais scolaires.

Koen a mis tout son savoir-faire acquis en Belgique au service de cette famille rwandaise. Il a veillé à ce que l’enfant consulte un médecin mais surtout, il a encouragé la maman à trouver un emploi selon ses capacités, afin de toucher un revenu pour améliorer l’habitation de sa famille et afin de pouvoir payer elle-même les frais scolaires de Solange. Avec succès ! Mais, il reste beaucoup de ‘Solanges’ à Kigali.

Entretemps, Koen s’est engagé en plus dans l’académie de football de Kigali. Le gouvernement a investi beaucoup dans les infrastructures, mais il manque un bon encadrement pour la jeunesse. Beaucoup de garçons talentueux s’entraînent sans porter l’équipement approprié, faute d’argent à la maison. Votre soutien est bienvenu.

Prochainement, il pourra organiser des cours de thérapie du stress. Les parcipants apprendront d’abord eux-mêmes, puis enseigneront à des autres, à controler leurs angoisses post-traumatiques.

projet : Solange Kigali (2018/55)

Plus d’info, voir ProMagazine n° 7.26-2, pag. 3

Print Friendly

Deux Collines, nouveau projet scolaire à Mwene-Ditu

September 21, 2018 at 12:02 pm

L’école à Mwene-Ditu, au Kasai en RDC, ouvrit ses portes en 2011, sous la direction des Soeurs Missionnaires du Christ Roi. Elle compte actuellement 127 élèves. Les soeurs offrent surtout des chances aux jeunes qui vivent aux marges de la société : enfants de familles très pauvres, des orphelins, etc. Les élèves peuvent choisir parmi une série de formations techniques et professionnelles.

La philosophie de l’école est de veiller à ce que, après leur formation, les jeunes puissent voler de leur propres ailes en solidarité avec les autres. Au Kasaï / en RDC, il reste encore beaucoup de lieux à construire. Sur le terrain de l’école et les environs, on trouve pas mal de travaux réalisés avec l’aide des élèves : entre autre de nouveaux bâtiments scolaires : construction, aménagement (bancs, chaises, bureaux, etc.) et finintion (portes, grillage, stores, etc.).

Vous-aussi, offrez la garantie d’un enseignement technique de qualité aux jeunes défavorisés de Mwene-Ditu ! Projet : Deux Collines (2018/54).

Plus d’info, voir ProMagazine n° 7.26-1 (pag. 3+4)

Jeter un coup d’oeil sur place ? Cliquez ici et réjouissez vous de leur enthousiasme.

Print Friendly

Chirumalar – Little Flower, unique school in South India *** new project ***

September 21, 2018 at 11:35 am

Project: chirumalar constructive pedagogy (2018/52)

More information in ProMagazine 7.26-3, pag. 1+2 (English version !available on this site)

Plus d’info : voir ProMagazine 7.25-2, pag. 1+2 (version francophone)

La communauté de Vidiyal a constaté que la méthode d’enseignement traditionelle ne peut guère enthousiasmer les parents Dalit non qualifiés, ni leurs enfants. Aussi l’école Chirumalar a-t-elle mis l’enfant au centre de sa méthode d’enseignement constructive. Les enseignants stimulent les enfants à poser des questions sur leurs domaines d’intérêts et d’élargir ainsi leurs connaissances.

Le nom Chirumalar, en Tamoul, veut dire ‘petite fleur‘. Les petites filles des parents qui appartiennent à la catégorie la plus pauvre – les Dalits ou les ‘sans castes’ – bénéficient d’une attention particulière. Avant tout, c’est leur position dans la société indienne qui doit être améliorée. Le but de ce projet pédagogique novateur est-il d’aider ces filles à s’épanouir. Aidez à consolider le succès d’une pédagogie constructive !

Print Friendly